L’ILE AUX STERNES

Ça se passe en Eeyou Istchee Baie-James, au lac Opémisca, (ou Opémiska).  Situé à quelques kilomètres de Chapais, un petit village du Nord-du-Québec, ce lac immense, tellement plein de ramifications que je pourrais m’y possiblement m’y perdre, prend naissance à un bout de la rivière Chibougamau, puis se décharge à nouveau à un autre bout de la rivière Chibougamau.  Les pêcheurs y viennent pendant l’été, un club de camping est posé sur ses rives, une réserve autochtone s’y est installée et des dizaines de résidences d’été et de résidences permanentes y sont également.

Ce lieu fait partie de ma vie depuis mon tout jeune âge.  J’y venais en camp d’été, ma sœur y a eu un chalet, mon frère également, puis mes parents pendant plusieurs années. Aujourd’hui, c’est une amie qui a le chalet qui avait appartenu à mon frère, puis à mon père.   Une magnifique villégiature où je vis en permanence depuis 2011.  Au début, nous y avons une résidence d’été, nous habitions à Chapais, puis en 2011, nous y avons déménagé notre maison et y vivons depuis. Sans aucun doute le meilleur « move » que nous ayons pu faire!!  Mais voilà que je sors du sujet, ce n’est pas de moi dont je voulais vous parler.

Ici, en Eeyou Istchee Baie-James, les hivers sont longs et froids, mais d’une blancheur immaculée.  Il y a de la neige tellement partout qu’elle éclaire les nuits tellement c’est blanc.  Et quand je regarde par la fenêtre, je vois un petit point plus sombre tout en face, je vois une petite île, avec un seul arbre.  Un petit bout de terre enneigé.  Un voisin y installe sa cabane pour pratiquer la pêche sur la glace près de l’île. 

En été, c’est là que ça devient intéressant.  Cette petite île, avec son seul arbre et quelques potentilles, devient le point de rencontre de dizaines de sternes.  Elles viennent y faire leur nid et y couver leurs œufs à tous les étés.   On y voit voler les sternes, on les entend crier, elles se parlent entre elles, elles parlent à leurs petits, et elles nous crient après si on s’en approche trop.  Pendant tout l’été, on les voit voler, comme un gros nuage épais, qui, plus on s’éloigne de l’île, plus il s’éclairci.  Tout l’été, on les voit planer et plonger dans le lac pour y pêcher des insectes et des petits poissons afin de nourrir leurs petits. Cette île, c’est « L’ÎLE AUX STERNES ».

Les anciens résidents me disent que les sternes y étaient il y a longtemps, puis elles ont cessé d’y venir.  Depuis quelques années, elles y sont de retour, pour notre grand bonheur.

J’ai voulu reproduire cette île, sous forme d’attrape-soleil.  Il mesure 4.5″ x 5″ (12 x 12.5 cm) et un cordon argenté permet de le suspendre. 

Il est disponible aussi en petit format, qui peut varier entre 2.25″ et 2.5″ x 2.25″ et 2.5″ (5 à 6 cm x 5 à 6).  Ce petit modèle d’attrape-soleil est collé sur une carte de vœux.  La personne qui le recevra pourra retirer l’attrape-soleil et, à l’aide du cordon argent qui décore la carte de vœux, le suspendre dans une fenêtre. 

Si vous venez dans la région en été, ne manquez pas de venir voir cette petite île, si importante pour nous, résidents du Lac Opémiska.  Mais surtout, surtout, soyez prudents, observez-les, mais ne les approchez pas trop, on ne voudrait surtout pas qu’elles s’en aillent à nouveau. 

Je vous invite également à mon atelier, pour une petite visite, pour voir mes œuvres, pour acheter un souvenir de voyage, à votre convenance.  Sur rendez-vous, voir l’onglet « me joindre » pour mes coordonnées.

Et surveillez mes ateliers, particulièrement ceux qui ont lieu en saison estivale, à l’extérieur pour profiter de cette merveilleuse nature.  Pour en savoir plus sur mes ateliers créatifs, https://artsvitrail.com/ateliers/

Bienvenue au Lac Opémiska, en Eeyou Istchee Baie-James!!

Jocelyne

Laisser un commentaire